TPS RAID 6

J33 – Lundi 13 mars

Aujourd’hui départ du Raid 6. Thomas (Badia) et Fabien sont les nouveaux TPSmen + Francis qui rejoint l’aventure après courte escapade Aveyronnaise et Thomas (Baldet) toujours là au top de la forme. Nous sommes donc 4 gaillards, pas une fille – et la météo annonce pluie / crachin / neige mais nous sommes hyper motivés pour monter à Tuquerouye car le grand beau est annoncé pour la suite.

Départ donc de Gavarnie vers 7 heures, sous le crachin, avec gros sac plus les Skis sur le dos. On porte les Skis jusqu’au plateau du Pailla. Ensuite on continue dans le mauvais avec zéro visi… on sort le matos de navigation (cartes, boussole, GPS…). Vu les conditions, on décide passer par la boursière d’Allanz. Descente facile mais traversée laborieuse ensuite car on est dans le “suite out” (sic) total et on finit quand même par trouver le départ des 400 mètres de desnivel du raide couloir qui monte à la brèche. Rebelote, on met les skis sur le dos et droit dans l’pentu. On se relaye pour la trace et on met 1 heure 30 pour arriver à la brèche et au refuge.

Un endroit mythique des Pyrénées – le plus vieux et plus haut refuge – moins 3 degrés à l’intérieur et on pellette 30 minutes pour nettoyer l’intérieur, un peu rempli de neige.

Le reste de la soirée sera fraîche mais fort sympathique – fonte de neige et bon repas chaud — vers 19:30 c’est dodo — avec toujours moins 3 dans le dortoir – merci les bons duvets 😉😉😉

J34 – Mardi 14 mars

L’étape reine de la TPS (dixit Marc Breuil).

Dès le milieu de la nuit, lors des sorties pipi, on a le plaisir de découvrir la vue somptueuse sur la face Nord du Mont-Perdu.

Au petit matin, on démarre à 7h avec les crampons pour descendre le couloir qui présente rocaille et peu de neige sur les 50 premiers mètres.

Traversée ensuite du lac glacé puis cheminement ascendant cool pour rejoindre le pied de la cheminée.

Deuxième chaussage des crampons. La cheminée est courte (40 mètres) mais raide : bien enneigée avec un très court passage en rocher au milieu, pente en neige vers 55 degrés à la sortie. Thomas passe en tête superbement et plante un assurage sur skis et à l’épaule, avec notre corde de 30 mètres qui convient parfaitement pour ce passage. Au-dessus c’est plus facile, on reporte les skis pour chausser les crampons une 3ème fois, 50 mètres sous le col du Cylindre (neige dure – 45 degrés). Grand beau, journée magique, à 11 heures nous sommes au Col du Cylindre (3075 mètres).

La descente au petit la glace est “no problemo” à skis ou avec les crampons (seulement 80 mètres à descendre).

On tente de monter au Monte-Perdido, crampons aux pieds mais on décide finalement le demi-tour, vers 3150 mètres, car le passage final en neige très dure nous paraît trop exposé et on joue la sécurité 😉😉😉.

Belle descente enfin en 30 minutes pour rejoindre le grand refuge de Goritz – gardé pour nous tout seul car il n’y a personne d’autre. On se fait quelques parties de ping-pong pour nous décontracter.

J35 – Mercredi 15 mars

Une journée de cinéma s’annonce. Un excellent regel nocturne par une nuit de pleine lune pour commencer.

Démarrage vers 7h depuis Goritz. On évolue rapidement, sur neige dure, avec couteaux via les 2 cols : Millaris puis Descagador. Le paysage est somptueux dans cette zone, l’envers du cirque de Gavarnie, avec au début le canyon d’Ordessa. On s’approche de la brèche de Roland tandis que la température s’élève. On décide faire une dépose, au niveau de deux gros blocs, 100 mètres environ sous la brèche. Nous montons presto au pic du Taillon, 3144 mètres. Très agréable montée et panorama magnifique.

Belle descente sur excellente neige de printemps, jusqu’à notre dépôt. On prend une bonne pause avant monter les derniers 100 mètres pour atteindre la brèche. Nous y sommes tous seuls.

Reste pour finir une rapide descente aux Granges de Holle, en empruntant l’itinéraire classique – via le port de Boucharo puis col de Tentes et pour finir les pistes de la station. On skie presque jusqu’aux Granges de Holle, et on y arrive assez tôt pour profiter du chaud soleil sur la pelouse, tandis que le troupeau de brebis vient nous distraire pendant que nous dégustons la bière bien méritée. Excellente cuisine le soir avec confit de canard et pommes sarladaise. Bravo et merci à Philippe, le gardien de ce refuge très cosy, surtout ce soir car nous y sommes seulement 7 (nous 4 plus 3 tchèques). 62 personnes attendues pour le week-end.

J36 – Jeudi 16 mars

Très belle et sauvage étape – qui commence par un départ pas trop matinal ( vers 9:00 ) – et les sacs un peu lourds car portons les Skis jusqu’au plateau de Saugué , en suivant le GR . Également portons deux tentes car la cabane d’Aspé a été détruite par avalanche …!!! Très belle vue en balcon sur le cirque De Gavarnie pendant toute cette montée , et le grand beau temps est toujours de la partie .

On finit par mettre les Skis et on termine en 2 heures jusqu’à un superbe replat herbeux , au niveau de la prise d’eau , vers 1840 mètres . Emplacement idéal pour le bivouac , avec superbe vue plein Ouest vers le Campbielh et le Pic Long .

La nuit sera étoilée et avec la presque pleine lune – Thomas notre photographe pro s’en donne à cœur joie.

J37 – Vendredi 17 mars

On se lève de très bonne heure aujourd’hui, à 5 heures ,car une très grosse étape nous attend :

1 — raide montée à la crête de l’Oule , sur neige bien durcie . Fabien casse un couteau et termine donc avec un seul ,en s’en sortant très bien , zen et concentré, car certains passages sont un peu exposés . On suit le topo de Breuil , très bien écrit et on trouve vers la fin le sympathique et pas trop raide couloir qui nous mène à la Crète finale , à gauche de la corniche – très beau passage en crampons .

2 — descente au Lacot d’Era Oule – 2300 – on repeaute

3 — remontée au Col De Mailh Arrouy – 2750 – raide à la fin disons 100 mètres à 45 degrés – franchis avec les crampons — et on commence à avoir chaud

4 — légère descente puis remontée et assez longue traversée à flanc , vers 2700 , pour finalement descendre au Lac Glace à 2565 .

5 — on repeaute encore pour monter facilement au Col des Gentiannes ( 2730 ) – d’où on à une superbe vue sur le Massif du Vignemale

6 — dernière descente de la journée – jusque vers 2300 dans le Barranco d’Ossoue

7 — dernier repeautage — et la on est dans vrai four solaire !! Pour remonter les 250 mètres jusqu’au Refuge de Bayselance – 2650 … Refuge très cobfirtybien que pas garde – il y lumière et on peut même allumer le poêle avec 2 belles bûches ( bravo Fabien )

Ce fut certainement une des plus belles étapes , longue , sauvage , un peu technique et gros desnivel ( + 1750 ) – grand beau temps – vues magnifiques et neige en excellentes conditions 😎😎😎😎

J38 – Samedi 18 mars

Très beau temps – journée cerise sur gâteau – on va-tout simplement gravir le Point culminant des Pyrénées Françaises . Un grand plaisir , bon rythme – on démarre du Refuge à 7:00 et 3 heures plus tard nous sommes au sommet , après avoir laissé les sacs à la sortie du couloir de Gaube, et terminé les 150 derniers mètres ( raide pente de neige jusqu’à 40 degrés) en crampons . La vue du sommet tient toutes ses promesses et on prend le temps de tirer nombreuses photos .

Longue pause en repassant à Baysselance , on y reste 1 heure, à profiter du soleil ( caloriethérapie !! ) et prépare / bu un bon thé .

Belle et grandiose descente ensuite , après le passage de la Hourquette d’Ossoue , jusqu’au Refuge des Oulettes De Gaube — nouvellement garde par “Emma et Philippe ” – Une pause très très agréable et confortable – avec la vue mythique sur le versant Nord du Vignemale

Soirée un peu arrosée pour fêter comme il se doit la fin de ce raid Numero 6 , qui a été au top avec une super Meteo pendant 6 jours !!!!

Top